Actualités du Relais

Affiche-Volte-Faces-webVOLTE-FACES
ou LE CABINET DES HUMEURS

 

danse contemporaine

 

solo faisant partie de la galerie de portraits
Le Jardin des Intimités

 

écrit par Nadine Beualieu
pour et avec Lydia Boukhirane
musique de Sébastien Berteau

 

Cie Nadine Beaulieu (Rouen)

 
 
●● Une femme dont le visage, les bras, les pieds sortent de l’ombre comme dans un tableau en clair-obscur.
●● Dans un incessant ballet, le personnage fait apparaître à la vitesse de l’éclair une multitude de figures, de représentations mythologiques, d’images symboliques.
●● Naissent et se dissolvent, au gré des différentes humeurs, une spirale d’images…
●● qui évoquent tour à tour la prière,
le pouvoir, la folie…

●● mais aussi l’avarice, la colère, la gourmandise, et l’extase…
●● Le croisement de deux regards, celui de la chorégraphe, et celui de l’interprète, au plus près de leur intimité, dans la précision du geste et la radicalité d’une écriture.
 

LE VENDREDI 17 NOVEMBRE à 20h30
la soirée se prolongera autour d’un repas partagé avec l’équipe artistique

 

Je travaille sur l’intimité, j’écris pour et à partir de chaque danseur. Je crée pour les artistes avec lesquels je collabore (danseurs mais aussi créateur lumière, compositeur) des « situations » dans lesquelles ils naviguent avec des outils techniques et imaginaires, des règles, un cadre que je forge pour eux.

 

Je saisis un trait, comme en peinture, et je le développe avec une certaine palette, avec certaines couleurs. Dans ces cadres, les danseurs et artistes sont incapables d’être certains de tout, incapables d’éviter les contradictions, les oppositions, les dissociations. Mais… notre humanité ne repose-t-elle pas sur une ambigüité, un paradoxe, celui d’être beaucoup de choses à la fois ?

 

Dans cette acceptation, une contradiction n’est pas une erreur. Elle signale une zone enfouie de la réalité qui ne peut pas être traduite en termes logiques : intuition ? ou hasard ? Le danseur comme le spectateur doit laisser la place à quelque chose qui échappe, il ouvre un dialogue avec ce qui… résiste à la logique.

Nadine Beaulieu

 

Volte-Faces ou le Cabinet des Humeurs est dansé par une femme dont la chair exposée du visage, des bras, des pieds sort de l’ombre comme d’un tableau en clair-obscur. Dans un incessant ballet, le personnage fait apparaître à la vitesse de l’éclair, une multitude de figures, de représentations mythologiques, d’images symboliques. Naissent et se dissolvent, au gré des différentes « humeurs », une spirale d’images sur le thème de la prière, du pouvoir, de la folie, mais aussi de l’avarice, la colère, la gourmandise, l’extase.

 

Ce solo réalisé pour et avec Lydia Boukhirane, marque une étape importante dans le parcours de la compagnie, et réciproquement dans celui de Lydia. C’est le premier portrait d’une série, que Nadine appelle une « galerie de portrais dansés ». Cette galerie, pensée en hommage et en écho au Jardin des Tarots de Nicky de Saint-Phalle, laquelle « réalisa pendant plus de vingt ans un jardin fantastique dont elle avait rêvé toute sa jeunesse », a pour vocation d’ouvrir une fenêtre sur l’intimité de ces « personnages emblématiques », artistes sur scène que nous connaissons souvent en lien avec une œuvre ou une compagnie particulière. Elle propose de rencontrer ces personnalités sous un autre jour et d’approcher peut-être ce qui fait l’essence, la magie et le magnétisme de leur être… et de leur danse.

 

Nadine Beaulieu poursuivra sa galerie de portraits avec Philippe Priasso, danseur emblématique de la Cie Beau Geste, dont il est le fondateur aux côtés de Dominique Boivin, à Val de Reuil. Nadine dit de Lydia et de Philippe que ce sont deux êtres sensibles et incandescents qui se consument de l’intérieur, des artistes bouillonnants et « volcaniques » qui débordent, des chercheurs/danseurs qui doutent en même temps qu’ils s’abandonnent.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.